Le féminisme et le BDSM

La pratique BDSM est souvent assimilée à l’humiliation, le viol et la torture envers des “femmes consentantes”. Il s’agit de violence patriarcale contre les femmes, qu’elle se produise dans votre chambre, sur votre écran d’ordinateur ou dans un livre que vous lisez pendant votre pause déjeuner.

Nous ne blâmons pas les femmes qui se livrent à la pratique BDSM, mais nous analysons ces comportements d’un point de vue féministe.

Le BDSM est la légalisation de la violence domestique contre les femmes

L’écrivain Alisa Valdes a écrit le livre semi-autobiographique “The Feminist and the Cowboy: An Unlikely Love Story” sur un amant majeur qui a cruellement manipulé sous le couvert du “jeu”. Bien que l’abus de ce livre soit décrit comme un consentement volontaire, l’expérience du cow-boy comprend le viol, la violence verbale, les menaces et sa disparition immédiatement après la grossesse.

De même, lors d’une séance BDSM, les hommes dominateurs soumettent violemment les femmes soumises rencontrées sur des chats BDSM par exemple. Ils se cachent derrière la pratique BDSM pour assouvir leur fantasme de machistes.

Le BDSM existe dans un contexte culturel patriarcal, dans lequel les femmes «méritent» encore la cruauté, la violence et la mort des hommes. Les femmes qui s’opposaient à ce traitement ont été maltraitées et rapidement rejetées.

Les femmes sont accusées de «négativité sexuelle» et beaucoup de gens savent que cela signifie en fait «froideur», et comme beaucoup de féministes le savent, «froideur» est un terme péjoratif pour ceux qui refusent de plaire aux hommes.

Quand on s’oppose au BDSM, on est aussi accusé de mauvais coups, même si l’on sait que la vie sexuelle d’une femme ne doit pas être condamnée, et qu’aucune femme n’est responsable de l’abus d’un homme.

Quelqu’un nous a dit que lorsque nous avons souligné que le rôle des subordonnés dans le contexte sexuel pourrait être dérivé du syndrome social de Stockholm, nous «manquons de respect» en choisissant «les opinions des femmes engagées dans le BDSM». Cependant, nous ne blâmons jamais les femmes qui ont participé à cette pratique. Toutes les responsabilités incombent à l’homme qui dirige la femme.

Nous sommes également accusés de ne pas respecter les sentiments et les désirs des hommes qui aiment dominer et soumettre les femmes

Les femmes qui ont subi des violences lors d’abus sexuels et qui ont décrit les sévices qu’elles ont subis sont souvent accusées de ne pas le signaler verbalement, ce qui est purement l’accusation de la victime. Et même si tel est le cas, les femmes qui signalent la violence sont souvent réduites au silence.

Lors de la discussion de problèmes BDSM, il y a parfois des problèmes que les hommes sont subordonnés au BDSM. Les hommes soumis sont aussi traités cruellement et humiliés, alors comment pouvez-vous dire que les abus sexuels sont de la violence contre les femmes ?

De toute évidence, la violence et les mauvais traitements infligés à quiconque sont injustes et inhumains. Cependant, la plupart des pratiques BDSM se produisent dans le couple dominant homme / femme soumise.

Les féministes savent que la société patriarcale est basée sur une hiérarchie de genre et que la hiérarchie est maintenue par des normes de genre. La socialisation du genre masculin valorise la domination, le pouvoir, l’invasion et le contrôle des espaces de vie. La socialisation sexiste des femmes comprend la soumission, l’impuissance, l’absence de frontières et le désir de «prendre le moins de place possible».

Mais les féministes savent que «essayer» un rôle de soumission n’est qu’un acte contre des membres de la classe privilégiée. Dans le cadre d’une baise amusante, elles veulent se pincer les tétons pour «augmenter le sentiment». En même temps, nous, les femmes, ne pouvons éviter les abus sexuels quotidiens. Pour les hommes, le rare «piment» sexuel est une dure réalité pour nous.

Nous croyons fermement que le sexe libéré ne suit pas la règle patriarcale et le modèle de soumission. L’existence d’hommes soumis ne prouve, réfute ou nie en aucune manière que le BDSM est une violence contre les femmes, et le BDSM normalise la violence domestique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *