Les mythes et les idées fausses sur le féminisme

Nous clarifions les mythes et les idées fausses et établissons les faits sur le féminisme avec Murielle, professeur d’histoire à l’Université de Lille.

Mythe 1 : Seule une femme est capable de devenir féministe.

Comme le féminisme est un ensemble de croyances, les femmes et les hommes qui ont ces croyances peuvent s’identifier comme féministes (s). Il est vrai que certains pensent que puisque le féminisme s’intéresse aux droits des femmes, les hommes ne peuvent être que « pro-féministes » ou « alliés ».

Mythe 2 : Les féministes sont des femmes qui méprisent les hommes. En effet, le féminisme est une sorte de sexisme, une lutte entre les sexes.

Il existe sans aucun doute des féministes qui « méprisent » les hommes. Cependant, la majorité des féministes méprisent le partiarcat, un système d’inégalité entre les sexes qui place les femmes dans une position de subordination.

Les féministes s’efforcent d’abolir le système patriarcal par de nombreux moyens, notamment en privant les hommes de leurs avantages. Le féminisme est une lutte contre les privilèges des hommes, pas contre les hommes.

Mythe 3 : Les féministes s’opposent à la galanterie masculine et ont le droit de poursuivre en justice tout homme qui lui tend un manteau.

La majorité des féministes s’inquiètent de la violence domestique, des disparités économiques entre les hommes et les femmes et des violations des droits reproductifs des femmes. Il est donc improbable qu’une féministe intente un procès pour avoir donné son manteau, surtout si l’on considère la fréquence à laquelle les tribunaux sont incapables ou ne veulent pas défendre les femmes pour des problèmes bien plus graves.

Bien que la « galanterie masculine » soit, bien sûr, un produit de la société patriarcale, dans laquelle les devoirs sont genrés : il fournit le manteau, elle le reçoit ; il travaille, elle fait le ménage, et ainsi de suite. Dans un partenariat égalitaire, chaque partenaire a la possibilité de mettre son propre manteau ou, à l’inverse, de le servir.

Mythe 4 : Les femmes qui sont mal à l’aise et qui ont du ressentiment envers leur vie personnelle sont des féministes.

Pour commencer, toutes les femmes ne sont pas attirées par les hommes. Deuxièmement, la « vie personnelle » d’une personne, définie par une relation amoureuse, ne dicte pas toujours ses idées politiques.

Troisièmement, ce n’est pas parce que l’expérience personnelle d’une personne l’amène à des convictions politiques spécifiques que ces opinions doivent être dévalorisées : il est logique qu’une fille qui a été ridiculisée pour son apparence bizarre gravite vers le féminisme. Les principes féministes sont défendus par un large éventail de personnes.

Mythe 5 : Les féministes ont des conceptions atypiques de la famille et de la parentalité. Elles soutiennent les mariages entre personnes du même sexe et les papas qui prennent un congé maternité pour s’occuper de leurs enfants. De plus, les féministes sont plus susceptibles d’être sans enfant.

Il existe plusieurs tendances féministes, mais la majorité des féministes soutiennent le choix individuel dans les relations familiales et l’éducation des enfants. Une femme devrait avoir le droit d’avoir autant d’enfants qu’elle le souhaite, que ce soit 10 ou aucun.

Les femmes et les hommes, quel que soit leur sexe, devraient pouvoir épouser la personne qu’ils aiment et avoir des enfants avec elle. De plus, le congé de paternité permet une répartition plus équitable des tâches au sein de la famille.

Mythe 6 : Les féministes sont combatives, machistes et peu attrayantes.

L’attractivité est un concept très subjectif. En termes d’agressivité, lorsque les femmes défendent leurs droits de manière agressive, cela est considéré comme un comportement agressif.

Cependant, lorsque les hommes réagissent de manière identique, cela est considéré comme une fureur raisonnable. Encore une fois, cela revient à nos idées préconçues et à l’hypothèse que les autres s’y conformeraient.

Mythe 7 : L’objectif du féminisme a déjà été atteint. Il n’est plus nécessaire. Après tout, les femmes bénéficient déjà d’une égalité totale. Les femmes, en particulier, ont le droit de voter et de s’instruire.

Le droit de vote et l’éducation sont deux objectifs atteints par les soi-disant féministes de la première vague au début du vingtième siècle. Aujourd’hui, les féministes font pression pour obtenir l’égalité dans d’autres domaines, comme le salaire, la répartition des tâches domestiques, etc.

Étant donné le nombre de femmes assassinées chaque année dans le cadre de violences domestiques, la forte proportion de femmes parmi les communautés les plus pauvres et la faible proportion de femmes occupant des postes à responsabilité, il est évident que les femmes ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’atteindre l’égalité avec les hommes.

Mythe 8 : Les féministes rationalisent leur comportement en termes de préjugés masculins.

Je ne suis pas sûre de ce que signifie « tout comportement », car les féministes combattent le patriarcat en tant que système d’inégalité. Par conséquent, de nombreuses actions qui semblent être prises par un individu sont considérées comme le résultat de la dynamique du pouvoir au sein du système patriarcal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.